Rencontre avec Anya, coiffeuse lyonnaise et rédactrice d’articles pour Mahasoa

Mahasoa a rencontré Anya : une coiffeuse pétillante, débordante d’énergie et enthousiaste à l’idée de nous partager son expertise des cheveux sous forme d’articles/tutos dans le Journal Mahasoa. Elle nous dévoile les dernières tendances et partage ses précieux conseils pour embellir notre potentiel capillaire !

Afin d’en savoir un peu plus sur Anya, nous avons réalisé une interview que nous avons le plaisir de vous partager !

la coiffeuse anya pose sur les quais du Rhône
Anya, sur les quais du Rhône

Bonjour Anya, qui es-tu ? 

Bonjour! J’ai 25 ans, je suis à la fois une fille, une femme et une mère.

D’origines guadeloupéenne et allemande, je suis un vrai caméléon ! Les cheveux afro et européens n’ont aucun secret pour moi.

Je vis sur Lyon depuis maintenant 11 ans. Passionnée de coiffure, j’exerce le métier depuis 9 ans.

Parle-nous un peu de ton parcours ?

J’ai débuté la coiffure à l’âge de 16 ans par le biais de l’apprentissage. J’ai obtenu mon CAP coiffure en 2010, sublimé par un diplôme d’excellence. Par la suite, j’ai pu approfondir mes connaissances en coiffure en validant une Mention Complémentaire et mon Brevet Professionnel.

En 2014, j’ai décidé d’étudier le management avec à la clé un CQP Responsable de salon de coiffure que j’ai obtenu.

Depuis 2016, je travaille en tant que coiffeuse en attendant de réaliser mes projets futurs…

Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier de coiffeuse ?

Ce que j’aime avant tout dans le métier de coiffeuse, c’est de rendre les femmes et les hommes beaux ! De les aider à s’aimer. C’est un métier très humain. J’adore ça !

J’ai l’impression que tu aimes partager tes connaissances, ton métier, peux-tu nous en dire plus ?

Les cheveux sont importants dans la vie d’une femme ou d’un homme. Chaque chevelure raconte une histoire.

Être coiffeur, cela va bien plus loin que de laver, couper et coiffer les cheveux. Nous sommes des spécialistes du cheveu. Nous avons validé des diplômes pour cette reconnaissance donc il est tout à fait normal de partager nos connaissances.

La coiffure, c’est une passion pour toi ?

La coiffure est réellement une passion pour moi, et je suis heureuse de faire de ma passion, mon métier. C’est un peu cliché de dire ça, mais oui, je coiffe depuis toute petite. Mes cousines m’ont toujours servi de cobayes (les pauvres ! 🙂 ). J’ai appris à tresser à l’âge de 8 ans. Au collège, j’avais déjà mon petit business. Je tressais à la pause de midi ou lors des permanences en échange de quelques pièces ou bonbons pour les amies proches.

C’est un métier artistique, un métier qui évolue avec le temps car les tendances changent…

As-tu une anecdote que tu as vécu un jour en coiffant quelqu’un ?

J’ai un peu honte d’en parler, par peur de faire peur aux lecteurs(trices)…

J’étais en apprentissage dans une grande enseigne haut de gamme. Depuis quelques jours, mon sèche-cheveux me faisait des scènes. Jusqu’au jour où lors d’une prestation, mon séchoir a pris feu sur la tête de la cliente (pas de blessures 😉 ) mais le pire, c’est que c’était une cliente mystère envoyée par le siège social…

Je vous rassure, ayant une responsable compréhensive, j’ai pu terminer mon apprentissage chez eux.

Qu’aimes-tu mettre en avant dans la relation avec les clients ? 

La CONFIANCE.

Quand un(e) client(e) s’assoit dans le fauteuil du coiffeur, il se passe quelque chose. C’est ce que je préfère dans mon métier. Les personnes que je coiffe aiment se confier. Pourquoi ? Je ne sais pas, c’est magique! Je ne suis pas psychologue ou thérapeute, mais je sais ce que je fais. Cela aide les gens à se sentir bien. Il y a rien de mieux comme récompense pour un coiffeur, qu’un(e) client(e) qui vous dit : “je me sens moi!”, “je me sens belle”…il a tout gagné !

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement en écrivant ces articles sur le Journal de Mahasoa ? 

Écrire des articles pour le Journal de Mahasoa m’apporte de la satisfaction ! J’aime partager, conseiller, échanger… Je trouve ça très excitant !

Quel est selon toi l’avenir du métier de coiffeur ?

Il y a une chose qui me rassure, c’est qu’il y aura toujours des cheveux 🙂 Quelle machine pourrait remplacer le coup de ciseaux d’un artisan coiffeur ? À ma connaissance aucune…Ce métier ne souffrira donc jamais de la délocalisation.

Les tendances changeront, mais c’est à nous en tant que bon coiffeur de suivre des formations régulièrement pour se mettre “à jour”.

As-tu envie de partager un conseil aux jeunes qui ont envie de se lancer dans le métier de coiffeur ?

Lancez-vous que si cela vous plaît réellement. Quel plus beau métier que de vouloir embellir les femmes et les hommes ?

la coiffeuse anya tenant un miroir à la fin d'une coupe
Anya, terminant une coupe

Retrouvez les articles d’Anya sur le Journal Mahasoa !

À très vite !